Menu

Isolation combles : Prix, Fonctionnement, Installation [Guide Complet]

En architecture les combles représentent la partie composée de la charpente et de la couverture du toit. Mais on parle également de combles pour désigner l’espace entre la toiture et le dernier plancher d’un bâtiment.

Cette zone joue un rôle important dans l’isolation thermique d’une maison puisqu’elle représente la jonction entre la toiture et le reste de l’habitation. Autrement dit, si les combles sont mal isolés, c’est toute la maison qui va en subir les conséquences.

Alors que la norme RT 2012 impose des bâtiments plus économes en énergie et plus propres écologiquement, l’isolation des combles ne peut pas être négligée.

Ce guide vous propose de revenir sur les fondements d’une bonne isolation des combles, comment est réalisée cette isolation, et quels sont les éléments à prendre en compte concernant l’isolation des combles.

Lutter contre les déperditions de chaleur

L’isolation thermique sert à maintenir une certaine température au sein d’un bâtiment. Elle forme une barrière empêchant l’air intérieur de s’échapper et l’extérieur de s’infiltrer.

En effet, l’air circule au sein d’une maison. L’air chaud, moins dense et donc plus léger, monte, tandis que l’air frais descend. Vous avez sûrement déjà dû constater qu’il fait souvent plus chaud à l’étage qu’au rez-de-chaussée.

On comprend aisément que si les combles sont mal isolés, l’air chaud va alors s’échapper par la toiture. Dans une maison, les déperditions de chaleur sont causées par plusieurs zones sensibles :

  • Les vitrages qui représentent environ 15% des pertes de chaleur
  • Les murs et plus précisément les ponts thermiques (jonctions entre murs et sol, murs et plafonds) qui représentent entre 10 et 25% des déperditions
  • Les combles et la toiture qui représentent approximativement 30 à 35% des déperditions de chaleur.

En règle générale, la toiture et les combles représentent donc la part la plus importante des déperditions de chaleur au sein d’un logement.

Cependant, il faut souligner le fait que l’isolation thermique ne sert pas uniquement en hiver lorsqu’il fait froid dehors. L’isolation joue un rôle toute l’année pour maintenir une température intérieure agréable.

Prenons l’exemple d’un été caniculaire, plus l’isolation des combles et du reste de la maison est performante, et plus la température intérieure va rester fraiche, empêchant l’air chaud de s’infiltrer.

Des conséquences économies et écologiques

Imaginons que la température extérieure est de 10°C et que vous chauffez votre maison pour atteindre une température intérieure de 21°C. Normalement, lorsque cette température est atteinte, le thermostat indique aux radiateurs de se mettre en veille.

Cependant, si votre maison a des défauts d’isolation, au fur et à mesure que vous chauffez, une partie de la chaleur va s’échapper dehors, remplacée par de l’air froid.

Forcément, cet apport d’air froid va obliger les radiateurs à fonctionner plus longtemps, voire quasi continuellement lorsque l’isolation est vraiment très mauvaise. Plus on utilise les chauffages, plus on consomme d’énergie et plus l’addition sera lourde sur la facture d’énergie.

En améliorant l’isolation thermique, on réduit cette consommation d’énergie et le montant de la facture d’énergie sera nettement moins élevé. Idem lorsqu’elle permet de réduire l’utilisation d’une climatisation en été.

L’intérêt de l’isolation n’est pas uniquement économique, il est aussi écologique. En effet, en réduisant la consommation d’énergie on réduit les émissions de gaz polluants et notamment de gaz à effet de serre.

Ces émissions peuvent provenir de la consommation, et plus précisément de la combustion, c’est le cas du chauffage au gaz, au bois ou au fioul, mais elles proviennent également de l’extraction, de la production et de l’acheminement de l’énergie, ce qui concerne toutes les énergies, même l’électricité.

Distinction entre combles perdus et combles habitables

Comme nous l’avons vu en introduction, les combles sont la partie située entre la toiture et le plancher le plus haut.

On différencie deux types de combles :

  • Les combles habitables
  • Les combles perdus

Les combles perdus désignent des combles qui ne sont pas voués à être aménagés, dont les caractéristiques les rendent inhabitables, souvent à cause d’une hauteur insuffisante ou d’une charpente trop envahissante.

Les combles habitables augmentent la partie habitable d’une maison. Ils sont aménagés et forment ainsi une ou plusieurs pièces supplémentaires du logement. Plus largement, on peut également considérer comme habitables, les combles aménageables, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas encore été aménagés, mais qui peuvent l’être.

L’isolation des combles perdus

Les combles perdus n’ont pas besoin d’être maintenus à la même température que le reste du logement, puisque personne ne s’y rend. De ce fait, leur isolation est plus simple et plus rapide.

Il suffit d’isoler les combles au niveau du plancher, soit en disposant une ou deux couches de panneaux isolants, soit en soufflant l’isolant sous forme de flocons. Pour cette seconde technique, vous avez le choix entre souffler les flocons directement sur le plancher des combles perdus, ou sous le plancher, entre les solives.

L’isolation soufflée est plus rapide et plus simple à mettre en place, et elle s’infiltre dans tous les recoins. Par contre, elle nécessite d’utiliser une machine et donc de passer par un professionnel.

L’isolation des combles habitables

Cette fois, le but est de maintenir une température équivalente entre les combles et le reste de la maison. Autrement dit, l’isolation par le plancher n’est pas envisageable, puisque si vous chauffez les combles habitables, l’air chaud s’échappera par le toit.

Vous devez donc isoler les combles habitables au niveau de la toiture. À ce titre, deux options s’offrent à vous :

  • L’isolation intérieure : on pose l’isolant sous la toiture, entre les chevrons, et depuis les combles. On a le choix entre une isolation monocouche (une seule couche) ou bi-couche (deux couches). L’isolant prend la forme de panneaux ou d’un isolant à dérouler.
  • L’isolation extérieure (sarking) : on pose l’isolant entre la charpente et la couverture, en passant par l’extérieur. Cette technique exige la dépose de la couverture afin d’installer l’isolant, puis de reposer la couverture.

Si votre budget vous le permet, nous vous recommandons d’opter pour l’isolation extérieure. Certes, cette technique est plus onéreuse et plus longue, mais elle permet d’obtenir de meilleures performances et de conserver le même volume habitable des combles.

À l’inverse, l’isolation extérieure est plus abordable, mais elle est moins performante et elle réduit la hauteur sous plafond des combles.

Quel isolant choisir pour l’isolation des combles ?

Au moment de choisir l’isolant de vos combles, vous devez effectuer votre choix parmi 3 familles d’isolants :

Les isolants d’origine minérale (laine de verre, laine de roche…) :

Avantages :

  • Prix abordable
  • Très facile à trouver
  • Conductivité thermique (lambda) faible à très faible
  • Bonne régulation de l’humidité

Inconvénients :

  • Difficiles à recycler
  • Manipulation et poussières qui peuvent être allergènes et mauvaises pour la santé
  • Matières qui montent rapidement en température (déphasage)
  • Bilan énergétique mauvais
  • Sensibles aux points de rosée (condensation)

Les isolants d’origine végétale (ouate de cellulose, liège, laine de lin…) :

Avantages :

  • Faciles à recycler
  • Bon bilan énergétique
  • Matières qui montent lentement en température (déphasage)
  • Conductivité thermique (lambda) moyenne à très faible
  • Bonne régulation de l’humidité

Inconvénients :

  • Coût variable et plus élevé que les isolants d’origine minérale
  • Installation plus compliquée
  • Plus difficiles à trouver

Les isolants d’origine pétrochimique (mousse de polyuréthane et mousse de polystyrène) :

Avantages :

  • Conductivité thermique (lambda) très faible
  • Légers
  • Compressibles

Inconvénients :

  • Bilan énergétique médiocre
  • Difficiles à recycler
  • Combustibles
  • Matières qui montent rapidement en température (déphasage)

Pour résumer, si votre critère principal est le prix, tournez-vous vers les isolants d’origine minérale. Qu’il s’agisse de la laine de verre ou de la laine de roche, on les trouve très facilement dans les magasins spécialisés.

Si vous recherchez avant tout la simplicité d’installation, optez pour les isolants d’origine pétrochimique. La mousse de polyuréthane ou de polystyrène est disponible sous forme de rouleaux, de panneaux ou de flocons.

Par contre, si vous recherchez une solution plus écologique et plus saine, choisissez un isolant d’origine végétale. Vous avez le choix entre de nombreuses matières.

Combien coûte l’isolation des combles ?

Le prix d’une isolation des combles varie en fonction de plusieurs critères. Premièrement, ce prix dépend du type d’isolant que vous allez choisir et de la quantité nécessaire en fonction de la superficie à isoler. Cependant, il faut également prendre en compte le coût des travaux qui varie quant à lui selon :

  • Le tarif de la main-d’œuvre
  • Les frais de déplacement
  • La durée du chantier
  • La difficulté des travaux
  • La technique d’isolation (intérieure ou extérieure)

Si vous prévoyez de réaliser vous-même l’installation de l’isolation des combles, soyez vigilant à bien respecter les consignes de pose et les précautions de manipulation.

Au final, l’isolation des combles coûte entre 20et plus de 150le m2.

Notez cet article

Leave a Comment:

Leave a Comment: