Menu

Isolation des fenêtres : Prix, Fonctionnement, Installation [Guide Complet]

Les fenêtres sont indispensables dans une maison pour apporter la lumière du soleil et pour aérer l’air intérieur.

Cependant, les fenêtres fragilisent l’isolation thermique et acoustique de la maison, car l’air va plus facilement s’infiltrer par une fenêtre qu’à travers une paroi sans ouvertures.

Pour répondre aux normes actuelles en matière d’isolation, les fenêtres au sein des constructions neuves doivent être capables de réduire les déperditions de chaleur.

Mais dans le cas d’une maison plus ancienne, les fenêtres peuvent être de véritables sources de déperditions de chaleur. A ce titre, il convient de trouver une solution pour améliorer l’isolation des fenêtres.

Dans les lignes qui suivent, nous vous présentons les différentes informations à connaître si vous désirez rénover l’isolation de vos fenêtres.

La composition d’une fenêtre

Avant de continuer, il est utile de bien comprendre la composition d’une fenêtre, même si cela peut vous paraitre évident.

La fenêtre est divisée en deux parties : le châssis et le vitrage.

Le châssis, également appelé cadre, est la partie rigide qui entoure et maintient le vitrage. Il s’agit de la partie amovible d’une fenêtre, c’est-à-dire que le mécanisme d’ouverture et de fermeture de la fenêtre est relié au cadre. Étant en contact avec l’intérieur et l’extérieur de la maison, le châssis se doit d’être un bon isolant.

Le vitrage est la partie qui laisse entrer la lumière et qui permet de voir dehors. Il peut être composé de plusieurs couches, comme nous allons le voir par la suite. Le verre se doit lui aussi d’être étanche à l’air et isolant.

L’isolation d’une fenêtre repose également sur les joints entre le vitrage et le cadre, et entre le cadre et le mur dans lequel est encastrée la fenêtre.

Le coefficient d’isolation thermique d’une fenêtre

Pour connaître l’efficacité d’une fenêtre en matière d’isolation, il faut se référer au coefficient de transmission thermique Uw. Il est exprimé en W/(m2.K) :

  • W : Watts
  • m2 : mètres carrés du vitrage et du cadre
  • K : Kelvin, différence de température entre l’extérieur et l’intérieur du logement

Ce coefficient est l’inverse de la résistance thermique. Ainsi, plus sa valeur est faible et plus la fenêtre est isolante.

Le coefficient Uw dépend de deux autres coefficients :

  • Le coefficient de transmission thermique UF : il définit les performances d’isolation du châssis de la fenêtre
  • Le coefficient de transmission thermique UG : il définit les performances d’isolation du vitrage de la fenêtre

Pour résumer, le coefficient de transmission thermique d’une fenêtre dépend de son vitrage et de son cadre.

Actuellement, pour une maison RT2012, le coefficient Uw de chaque fenêtre est généralement compris entre 0,8 et 1,2 W/(m2.K).

Le choix du châssis de fenêtre

Comme nous l’avons souligné précédemment, le cadre de la fenêtre joue un rôle dans ses performances d’isolation.

Plus précisément, ces performances dépendent principalement du matériau dans lequel est conçu le châssis. Vous avez le choix entre :

  • Le PVC
  • Le PUR
  • Le bois
  • L’aluminium
  • L’acier
  • La fibre de verre
  • Les matériaux composites

Chaque matériau possède un coefficient de transmission thermique UF, voici quelques exemples :

  • Le PVC : UF moyen de 1,5 à 3
  • Le Bois : 1,8
  • Le PUR : 2,9
  • L’aluminium : 3,5 à 6

Ce coefficient varie également en fonction de l’épaisseur et de la structure du cadre. Par exemple, un PVC à plusieurs chambres et plus isolant qu’un PVC à une seule chambre.

Pour résumer, les cadres en PVC et en PUR sont les plus isolants, suivis par les cadres en bois, tandis que les cadres en métal ont de moins bonnes performances en matière d’isolation.

Le choix du vitrage

Le choix du vitrage est plus important que le choix du cadre, car la surface vitrée est généralement plus importante.

La qualité isolante d’un vitrage dépend principalement du type de vitrage entre simple vitrage, double, voire triple vitrage.

Un double vitrage se compose de deux parois vitrées séparées par une lame d’air. Le triple vitrage se compose de deux lames d’air, chacune encadrée par deux parois vitrées, soit un total de trois parois vitrées.

La lame d’air située entre les parois vitrées renforce l’isolation thermique, mais aussi l’isolation acoustique du vitrage. Autrement dit, plus un vitrage a de couches et plus son coefficient de transmission thermique UG est faible.

Il existe des vitrages où la lame d’air est remplacée par une lame d’argon ou une lame de krypton.

On estime généralement qu’une fenêtre à simple vitrage possède un coefficient de transmission thermique proche de 6 W/(m2.K). Le double vitrage possède quant à lui un coefficient de 3, et qui peut même descendre à 1,7 dans le cas d’un double vitrage à haut rendement intégrant une fine couche de métal.

Le double vitrage à haut rendement avec argon possède un coefficient de 1,3. Celui avec du krypton fait encore mieux avec un coefficient de 1,2.

Le triple vitrage est encore plus performant que le double vitrage, même si l’écart est nettement moins important que celui existant entre le simple et le double vitrage. Plus cher, le triple vitrage est surtout préconisé pour les habitations situées dans une zone bruyante ou dans une gion particulièrement froide.

Les joints jouent aussi un rôle dans l’isolation des fenêtres

Une fenêtre possède plusieurs joints d’étanchéité à l’air et à l’eau. Ils servent au calfeutrement de la fenêtre.

On en retrouve tout autour des vitres, sur chaque face, au niveau de la jonction avec le cadre. Ces joints empêchent l’air de s’infiltrer entre la vitre et le cadre.

On en trouve également sur les bords intérieurs du châssis. Ces joints vont être compressés contre le mur de soutien de la fenêtre, et ainsi empêcher que l’air s’infiltre entre l’encadrement et le mur lorsque la fenêtre est fermée.

Les joints d’une fenêtre sont soit en mousse imprégnée sous forme de ruban autocollant qu’on fixe aux endroits nécessitant la mise en place d’un joint, soit en mastic complétant un fond de joint, soit en mastic seul.

Le calfeutrement d’une fenêtre doit suivre une réglementation précise indiquée par le DTU 36.5. En empêchant l’air de passer, ces joints sont importants pour l’isolation thermique des fenêtres. Ils permettent également de réduire les bruits provenant de l’extérieur.

Les volets : une barrière isolante supplémentaire

On n’y pense pas forcément immédiatement quand on parle d’isolation des fenêtres, mais les volets sont pourtant eux aussi concernés.

La nuit, les volets fermés vont permettre de mieux conserver la température du logement et éviter que le froid s’infiltre par les fenêtres. En été, plus particulièrement pour les fenêtres positionnées plein sud, les volets fermés permet de conserver la fraicheur à l’intérieur du logement en empêchant les rayons infrarouges de pénétrer dans le domicile.

Sachez qu’il existe des volets spécialement conçus pour l’isolation et notamment pour limiter les effets du vent. La qualité de l’isolation des volets dépend aussi du matériau dans lequel ils sont construits. Comme pour le châssis de la fenêtre, des volets en PVC sont plus isolants que des volets en bois qui sont eux-mêmes plus isolants que des volets métalliques.

Et si voulez optimiser au maximum l’isolation de vos fenêtres, vous pouvez installer des doubles rideaux qui renforcent encore un peu plus les performances d’isolation des fenêtres.

Prenez aussi en compte l’isolation acoustique des fenêtres

Quand on parle d’isolation, on pense généralement à l’isolation thermique, c’est-à-dire celle qui permet de maintenir une certaine température au sein d’un bâtiment. Mais l’isolation acoustique ou phonique est également importante.

Elle consiste à réduire les bruits provenant de l’extérieur et à réduire la propagation extérieure des bruits que nous émettons. Vivre dans une habitation où l’on entend tous les bruits de la rue et rapidement insupportable, surtout quand on habite dans le centre-ville, et encore plus dans le centre d’une grande ville.

De même, ne plus oser organiser de soirées de peur de voir les voisins rappliquer à cause du bruit se révèle également très ennuyeux.

L’isolation est un moyen de lutter contre ces problèmes sonores. Que ce soit au niveau des murs, des sols, de la toiture ou des ouvertures, l’isolation phonique est nécessaire pour ne pas être dérangé par les nuisances sonores extérieures et pour ne pas déranger nos voisins avec nos nuisances sonores.

Les fenêtres sont des endroits particulièrement sensibles aux bruits. Et pour limiter cette nuisance sonore, on utilise les mêmes techniques que l’isolation thermique. Plus précisément, le double ou triple vitrage, le châssis isolant et les joints étanches réduisent la propagation des bruits. Un constat logique puisque le son provient des vibrations d’un fluide, la plupart du temps l’air, et en bloquant l’air on bloque donc le bruit.

Quel est le prix de l’isolation des fenêtres ?

Dans le cas d’une nouvelle construction, la norme RT2012 impose d’avoir une surface de vitrage correspondant à au moins 1/6 de la surface habitable. L’intérêt de cette mesure est d’augmenter la part d’éclairage naturel, et donc de diminuer l’utilisation d’éclairages électriques.

Hormis le débit de fuite d’air des fenêtres qui est limité à 0,6m3/(h.m2), la norme RT2012 n’impose pas de valeur maximale concernant le coefficient de transmission thermique des fenêtres. Les mesures qu’imposent la norme RT2012 sont plus globales.

Ainsi, votre logement ne doit pas consommer plus de 50kWh/an par m2. Pour atteindre cet objectif, vous allez pouvoir jouer sur plusieurs caractéristiques de votre habitation. En optant pour des fenêtres très isolantes, vous aurez plus de liberté ailleurs et vous pourrez par exemple installer une climatisation.

Le budget nécessaire à l’isolation des fenêtres est très variable puisqu’il dépend de votre projet. Faut-il remplacer totalement les fenêtres ou simplement changer quelques éléments ? Ce prix dépend également du nombre de fenêtres et de leurs dimensions.

Plus vous optez pour un vitrage isolant et plus son prix est élevé. Par contre, la corrélation inverse s’observe au niveau du cadre de la fenêtre, puisqu’une fenêtre en PVC coûte moins cher qu’une fenêtre en aluminium ou en bois.

En effet, bien que moins isolant, l’aluminium est plus résistant, plus fin, plus esthétique et plus moderne que le PVC qui a un côté plus bas de gamme. Le bois est lui aussi plus chaleureux, plus élégant, plus résistant et intemporel.

Notez cet article

Leave a Comment:

Leave a Comment: