Menu

Comment Chauffer Sa Maison de Manière écologique ?

L’écologie est au cœur des grandes préoccupations du 21e siècle. Je ne vais pas vous parler du réchauffement climatique et de l’urgence toujours plus grande de changer certaines de nos habitudes, mais vous savez que nous pouvons tous faire des efforts. Vous pouvez d’ores et déjà ajouter votre pierre à l’édifice en optant pour un chauffage plus écologique. Ce guide vous propose de découvrir les solutions de chauffage les plus écologiques, leurs avantages et leurs inconvénients, et de vous aider dans votre choix d’un chauffage écologique.

Des habitations plus propres et plus respectueuses de l’environnement

Le respect de l’environnement n’est plus une notion qui concerne uniquement les écologistes les plus férus. Aujourd’hui, l’écologie concerne tout le monde sur notre planète qu’on le veuille ou non. On sait déjà qu’il est trop tard pour stopper certains mécanismes, mais on peut encore limiter leurs impacts. Mais pour cela, il est impératif de changer certaines de nos habitudes.

Entre 1990 et 2016, la France a baissé de 16% ses émissions de gaz à effet de serre. Cette diminution résulte de plusieurs améliorations dans les transports, l’agriculture, le tertiaire et l’industrie, et les logements.

Les nouveaux logements répondent à des règles toujours plus strictes en matière d’écologie. Et pour les logements plus anciens, de nombreuses aides financières sont disponibles pour améliorer leurs performances écologiques. En 2017, près de 42 milliards d’euros d’aides au logement ont été distribués.

L’objectif est d’avoir un parc immobilier plus propre, plus économe en énergies et moins polluant en s’attaquant à deux principaux critères :

  • L’isolation thermique de l’habitation : réduire au maximum les pertes de chaleur afin de réduire la consommation d’énergie et notamment celle des chauffages
  • Des équipements plus économes et plus propres: remplacer les équipements fonctionnant à l’aide d’énergies fossiles par des équipements utilisant des énergies renouvelables et entrainant moins de pollution et notamment moins de gaz à effet de serre

À ce titre, les nouvelles constructions doivent respecter la réglementation thermique RT 2012 dont les objectifs sont :

  • Une réduction des gaz à effet de serre
  • Une réduction de la consommation d’énergies
  • Favoriser les nouvelles techniques plus écologiques
  • Se diriger vers une indépendance énergétique nationale

Concernant l’isolation, la RT 2012 s’intéresse aux ponts thermiques, aux surfaces vitrées et aux portes, à la ventilation et à la perméabilité à l’air du logement.

Au niveau des équipements, la RT 2012 s’articule autour de la production d’eau chaude sanitaire, du chauffage et de la ventilation.

 

Quelles sont les meilleures solutions de chauffages écologiques ?

Le chauffage fait partie des centres d’intérêt de la réglementation RT 2012. L’objectif est de remplacer peu à peu les systèmes de chauffage polluants et fonctionnant à l’aide d’énergies fossiles, par des solutions plus éco-responsables.

Le chauffage au fioul et le chauffage au trole sont probablement les deux types de chauffages les plus ciblés par la RT 2012. L’objectif étant que plus aucune habitation n’utilise l’un ou l’autre.

Le chauffage au gaz est nettement mieux considéré, même si lui aussi fonctionne à l’aide d’une énergie fossile, le gaz naturel. Ce dernier est principalement constitué de méthane qui génère entre autres du CO2 après combustion, mais nettement moins que le fioul et le pétrole. Toutefois, l’extraction, l’acheminement et l’utilisation du gaz naturel représentent environ 20% des émissions de CO2 dues aux énergies, en 3e position derrière le charbon et le pétrole.

Cependant, la RT 2012 privilégie tout de même le chauffage au gaz par rapport au chauffage électrique classique. Pourquoi ? Tout simplement parce que le chauffage au gaz est plus économe en énergie, que le coût de consommation est plus faible et parce qu’il produit une chaleur plus agréable contrairement au chauffage électrique qui assèche l’air.

Toutefois, d’un point de vue écologique, l’électricité reste une énergie plus propre. Sa production génère moins de gaz à effet de serre. Si elle provient en grande partie du nucléaire, les sources d’énergies renouvelables gagnent du terrain. Ainsi, on peut désormais profiter d’une électricité verte, c’est-à-dire issue de sources d’énergies renouvelables.

Le chauffage au gaz et le chauffage électrique ne sont pas les deux seules solutions autorisées par le RT 2012.

La pompe à chaleur est encore plus écologique que le gaz et l’électrique. En effet, elle récupère des calories provenant du sol, de l’air ou de l’eau, et les transforme en chaleur. Les pompes à chaleur ne dégagent que très peu, voire aucun gaz à effet de serre. Néanmoins, pour fonctionner, la pompe à chaleur a besoin d’électricité.

La chaudière au bois est moins répandue, mais pourtant il s’agit d’une solution relativement écologique. En effet, le bois est une énergie renouvelable, et en France les filières du bois respectent une réglementation très stricte. De plus, la chaudière au bois est également économique et offre un bon rendement. Malgré tout, la combustion du bois génère beaucoup de particules fines, et il convient d’installer un filtre très performant.

Alternative à la chaudière au bois, le poêle à bois est généralement utilisé comme chauffage d’appoint en complément d’un chauffage central. Mais si votre maison est parfaitement isolée et qu’elle mesure moins de 100m2, vous pouvez envisager le poêle à bois comme chauffage principal.

Parmi tous les chauffages que j’ai évoqués jusqu’ici aucun d’eux ne peut être considéré comme le chauffage le plus écologique. En effet, cette distinction revient au chauffage solaire. Pour utiliser un chauffage fonction à l’énergie solaire, il faut se tourner vers des panneaux solaires thermiques qui transforment l’énergie solaire en chaleur. Cette chaleur est alors redistribuée vers les radiateurs à l’aide d’un ballon d’eau chaude.

Mais l’énergie solaire peut également être utilisée en complément d’un autre système (chaudière à gaz, chauffage au bois…) ou pour faire fonctionner l’un des systèmes évoqués précédemment et plus particulièrement une pompe à chaleur.

Plus largement, quand on combine une énergie fossile à une énergie renouvelable, on parle de mixité énergétique.

 

Avantages et inconvénients du chauffage au gaz

Avantages du chauffage au gaz :

  • Économique par rapport à l’électricité
  • Chaleur plus agréable qui n’assèche pas l’air
  • Pas de stockage de combustible
  • Bon rendement

Inconvénients du chauffage au gaz :

  • Énergie fossile
  • Émissions de CO2
  • Abonnement plus cher que l’électrique pour une utilisation de quelques mois dans l’année
  • Installation plus complexe et plus onéreuse que le chauffage électrique
  • Encombrement de la chaudière
  • Nuisance sonore de certaines chaudières
  • Entretien annuel obligatoire entre 80€ et 150€
  • Des radiateurs qui demandent un peu d’entretien (vidange)

 

Avantages et inconvénients du chauffage électrique

Avantages du chauffage électrique :

  • Énergie relativement propre
  • Installation rapide et simple
  • Coût à l’achat faible
  • Très grand choix de radiateurs
  • Aucun entretien
  • Aucun encombrement supplémentaire en plus des radiateurs
  • Aucune nuisance sonore

 

Inconvénients du chauffage électrique :

  • Coûts de consommation plus élevés
  • Rendement plus faible que le chauffage au gaz
  • Chaleur qui assèche l’air
  • Les radiateurs ne doivent pas être recouverts

 

Avantages et inconvénients de la pompe à chaleur

Avantages de la pompe à chaleur :

  • Différents choix de système : aérothermique (air/air, air/eau), géothermique (sol/air, sol/eau et eau/eau)
  • Ne dégage aucun gaz à effet de serre
  • Énergie renouvelable
  • Peut fonctionner à l’aide de l’énergie solaire
  • Excellent rendement
  • Économies d’énergie importantes par rapport

Inconvénients de la pompe à chaleur :

  • Investissement élevé pour l’achat de la pompe à chaleur et son installation
  • Travaux importants
  • Encombrement
  • Nuisance sonore de l’unité extérieure
  • Ne permet pas toujours de chauffer entièrement une habitation
  • La maison doit être parfaitement isolée pour pleinement en profiter l’hiver

 

Avantages et inconvénients du chauffage au bois

Avantages du chauffage au bois :

  • Énergie renouvelable
  • Bon rendement
  • Coût de consommation faible

 

Inconvénients du chauffage au bois :

  • Encombrement important et besoin d’un endroit pour stocker le bois
  • Chargement manuel des bûches ou des granulés
  • Emet des particules fines
  • Entretien annuel
  • Coût d’achat et d’installation assez élevé

 

Avantages et inconvénients du chauffage solaire

Avantages du chauffage solaire :

  • Chauffage le plus écologique
  • Pas d’énergie fossile
  • Pas de gaz à effet de serre
  • Aucun coût de consommation

Inconvénients du chauffage solaire :

  • Investissement très important
  • Permet rarement de combler tous les besoins en chauffage durant l’hiver, nécessité de le compléter avec un autre type de chauffage

 

Le chauffage écologique nécessite une isolation thermique optimale

Vous pouvez opter pour un chauffage écologique très performant, si l’isolation thermique de votre logement est de mauvaise qualité, les effets du chauffage écologique seront minimes. D’ailleurs, l’isolation du logement est l’un des critères de la réglementation RT 2012.

Cette isolation concerne les murs, et principalement ceux des façades, mais également les sols/plafonds, et le toit ou les combles. L’intérêt d’une bonne isolation thermique est de conserver une température ambiante de qualité. Autrement dit, en hiver, l’isolation doit empêcher que la chaleur ne s’échappe du bâtiment au profit de l’air extérieur plus froid. En été, l’isolation doit permettre de maintenir une température intérieure agréable et éviter que la chaleur extérieure s’infiltre dans le logement.

L’isolation thermique repose sur un bon choix des matériaux d’isolation, une réduction des ponts thermiques, et une optimisation de l’isolation des ouvertures (fenêtre et portes).

L’isolation des murs, du toit, des combles, et des plafonds consiste à installer une ou plusieurs couches d’isolant recouvertes par un revêtement. Vous avez le choix entre diverses techniques d’isolation et de nombreux matériaux différents.

Concernant les ponts thermiques, plusieurs techniques permettent de les traiter en fonction du type de pont thermique.

Pour les fenêtres, l’idée est d’installer un vitrage offrant une meilleure isolation, comme du double ou du triple vitrage. Il faut également choisir des modèles de fenêtres et de portes ayant un bon coefficient d’isolation.

 

Comment sont mesurées les performances énergétiques d’un logement ?

Afin de connaître les performances énergétiques de votre logement, vous devez procéder à un diagnostic de performance énergétique (DPE) réalisé par un technicien agréé. Ce dernier va évaluer les différents aspects du logement influençant ses performances énergétiques : isolation, chauffage, etc.

Le DPE prend plusieurs heures et il est obligatoire si vous souhaitez louer ou vendre votre bien immobilier. Il est valable 10 ans.

À l’issue du diagnostic, le bâtiment est noté selon deux étiquettes comportant chacune 7 classes de A à G : l’étiquette énergie et l’étiquette climat.

L’étiquette énergie indique la classe de consommation d’énergie primaire du logement :

  • À : inférieure ou égale à 50kWh/m2/an, il s’agit d’un bâtiment de basse consommation et la note indispensable pour être dans la norme RT 2012
  • B : entre 51 et 90kWh/m2/an
  • C : entre 91 et 150kWh/m2/an
  • D : entre 151 et 230kWh/m2/an
  • E : entre 231 et 330kWh/m2/an
  • F : entre 331 et 450kWh/m2/an
  • G : supérieure à 450kWh/m2/an

L’étiquette climat indique la classe d’émission de gaz à effet de serre :

  • À : inférieure à 5kgéqCO2/m2/an
  • B : entre 6 et 10kgéqCO2/m2/an
  • C : entre 11 et 20kgéqCO2/m2/an
  • D : entre 21 et 35kgéqCO2/m2/an
  • E : entre 36 et 55kgéqCO2/m2/an
  • F : entre 56 et 80kgéqCO2/m2/an
  • G : supérieure à 80kgéqCO2/m2/an

En plus de ces étiquettes, le technicien va fournir différentes remarques et apporter des conseils pour améliorer les performances énergétiques du logement.

 

Quelles sont les aides financières disponibles pour un chauffage écologique ?

En choisissant un chauffage écologique, vous avez accès à différentes aides financières.

 

Les aides « Habiter mieux » de l’Anah (Agence nationale de l’habitat)

Elles s’adressent aux propriétaires dont les revenus et les loyers (dans le cas de propriétaires bailleurs) ne dépassent pas un certain plafond. Celui-ci varie en fonction de la valeur du bien et de la région.

Le logement doit avoir plus de 15 ans et ne pas avoir profité d’aides de l’État durant les 5 dernières années.

 

Les aides CEE (Certificats d’Économies d’Énergie) octroyée par le fournisseur d’énergie

Elles s’adressent à tous les propriétaires et les locataires, qu’il s’agisse d’une habitation principale ou secondaire.

Les aides peuvent prendre la forme d’un prêt à taux bonifié, d’un diagnostic, de conseils, d’une prime, d’un bon d’achat, d’une mise en relation avec des artisans qualifiés…

 

Le taux de TVA à 5,5%

Dans le cas de travaux d’amélioration des performances énergétiques, un taux de TVA à 5,5% est applicable. Il doit s’agir de la résidence principale ou secondaire, elle doit avoir été construite il y a plus de 2 ans, et les travaux doivent être réalisés par un professionnel.

 

L’éco-prêt à taux zéro

Vous pouvez bénéficier d’un prêt à taux zéro, c’est-à-dire sans intérêts. Il s’adresse aux propriétaires et aux locataires pour leur résidence principale. Celle-ci doit dater d’avant 1990. Le plafond de l’éco-prêt à taux zéro s’élève à 30000.

 

Le Coup de pouce économies d’énergie

Cette aide s’adresse aux ménages les plus modestes et qui souffrent d’une précarité énergétique. Elle dépend donc des revenus du foyer.

Le Coup de pouce économies d’énergie concerne uniquement le remplacement d’une chaudière fioul par un chauffage écologique fonctionnant à l’aide d’une énergie renouvelable, et l’isolation des combles.

Le montant de l’aide dépend des revenus du foyer et il est généralement versé par le fournisseur d’énergie.

 

Le chèque énergie

Il s’adresse aux revenus modestes et il permet de payer une partie des factures d’énergie du logement. Le montant du chèque énergie oscille de 48€ à 177 en fonction des revenus.

 

L’exonération de la taxe foncière

Elle s’adresse aux propriétaires et aux locataires habitant un logement construit avant 1989 et situé dans une commune ou l’exonération a été votée. En effet, cette exonération fiscale est mise en place par la commune. Elle est temporaire et partielle ou totale.

 

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE)

Il s’adresse aux propriétaires et aux locataires et uniquement pour les résidences principales achevées depuis plus de 2 ans. Dans le cas du remplacement d’un chauffage, le nouveau système doit être une chaudière à haute performance énergétique, un chauffage utilisant une énergie renouvelable ou une pompe à chaleur air/air.

Le montant du CITE varie de 15% à 50% en fonction des travaux réalisés, et dans la limite de 8000 par an pour une personne seule, et de 16000 pour un couple. Pour toute personne à charge, vous profitez d’une majoration de 400, et de 200 dans le cas d’un enfant en garde alternée.

 

FAQ

Le chauffage écologique est-il économique ?

Comme vous avez pu le constater à travers ce guide, la plupart des chauffages écologiques ont de bons rendements. Pour la plupart, il s’agit de solutions économes en énergie et dont le coût de consommation est assez faible. Seul, le chauffage électrique présente un coût de consommation plus élevé.

Par contre, il est plus économique à l’installation par rapport à une chaudière, une pompe à chaleur ou des panneaux solaires.

La réglementation RT 2012 est-elle obligatoire pour tous les logements ?

La règlementation RT 2012 est obligatoire pour les nouvelles constructions résidentielles et non résidentielles. Néanmoins, parmi les nouvelles constructions, ne sont pas concernés :

  • Les bâtiments d’outre-mer
  • Les bâtiments ouverts
  • Les bâtiments agricoles
  • Les bâtiments éphémères (moins de 2 ans)
  • Les bâtiments bénéficiant d’une réglementation spécifique
  • Les bâtiments dont la température normale est inférieure à 12°C

Concernant les bâtiments anciens, la norme RT 2012 n’est pas pour le moment obligatoire, sauf dans le cas de travaux nécessitant un permis de construire. Néanmoins, si vous devez changer un équipement comme votre chauffage principal, il est vivement recommandé d’opter pour un système en accord avec le RT 2012.

Quelle est la solution d’avenir en matière de chauffage écologique ?

Difficile de répondre à cette question. Toutefois, étant donné que l’État veut de plus en plus favoriser les énergies renouvelables et l’indépendance nationale sur le plan énergétique, je pense que le chauffage au gaz ne représente pas l’avenir, même si pour le moment il reste plébiscité.

Le chauffage électrique devrait revenir en force dans les prochaines années, à condition que l’électricité issue de sources d’énergie renouvelables se développe.

Bien sûr, les panneaux solaires semblent être la solution d’avenir, mais leurs performances sont encore insuffisantes et le coût est pour le moment beaucoup trop élevé.

Notez cet article